Le jour ou Facebook a perdu l’équivalent du PIB annuel de la Hongrie en une nuit.

Houston, on a eu un problème, Voilà les mots que David Wehner, directeur financier de Facebook auraient pu prononcer en appelant Mark Zuckerberg, hier après la conférence téléphonique post résultat de sa société, en voyant le chute des cours de bourse de 24% en after market, soit un peu prés 125 Milliards de $.

C’est comme-ci en quelques minutes les capitalisations boursières de BNP et de Danone disparaissaient .

J’ai assisté à des baisses vertigineuses (l’éclatement de la bulle internet en 2001) , des cracks (notamment celui de 2008), mais je n’ai pas souvenir d’avoir vu une société perdre en quelques minutes 125 milliards de dollars.

Et pourtant tout avant si bien commencé hier soir. Trump et Junker avaient trouvé un accord pour désamorcer le conflit sur les exportations, mettant fin en tout cas à court terme, à une potentielle trade war entre l’Europe et les états unis, poussant ainsi le Dow Jones sur une hausse de plus de 200 points.

C’est donc dans une ambiance sereine et confiante que les investisseurs attendaient les résultats de Facebook. Et la survint “le drame“, résultats légèrement inférieurs aux attentes (EPS : $1.74 vs. $1.72 attendu par le consensus, Revenue $13.23 billion vs. $13.36 milliards attendu par le consensus et Global Daily active users (DAUs) : 1.47 billion vs. 1.49 billion attendu par le consensus), mais le pire arrivait lors de publications des attentes pour les trimestres suivants, sales, et profit warning : le taux de croissance des revenus devrait baisser “high single digit “, soit entre 7 et 9% et les marges de la société devraient être également affectées.

Alors bien sûr, certains vont acheter la baisse, 24% de baisse pour une société comme Facebook, ça se tente. A court terme, certainement, Facebook devrait combler son gap d’avril 2018, des niveaux de survente (RSI) bas, techniquement et à court terme du moins, cela devrait être suffisant pour jouer le rebond technique. Cependant, nous Pali Kao Capital, sur une optique moyen long terme, nous sommes dans un wait & see mood, la clôture mensuelle devrait arriver d’ici quelques jours, et à moins que Facebook remonte de 15% dans les 3 prochains jours, chose peu probable, elle devrait clôturer sur une figure de pendu ou d’avalement baissier mensuel, ce qui n’est en général pas de bon augure en analyse technique pour un placement moyen terme. Nous ne pensons pas que le F de GAFA pourrait vaciller, mais que la performance ces prochains mois ne serait plus à la hauteur de ce que Facebook a délivré ces dernières années.

Fermer le menu